La France soutient la candidature régionale pour évincer les putschistes au Niger avant la date limite

La France a déclaré qu'elle soutenait les efforts des membres d'un bloc régional africain pour contrecarrer le coup d'État au Niger, alors que l'horloge se rapproche d'une date limite pour que la nouvelle junte militaire se retire ou fasse face à une éventuelle intervention militaire. "L'avenir du Niger et la stabilité de toute la région sont en jeu", a déclaré le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. Dimanche, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a donné aux putschistes une semaine pour libérer et réintégrer le président démocratiquement élu du pays, Mohamed Bazoum. Si la junte restait au pouvoir, le groupe a déclaré qu'il « prendrait toutes les mesures nécessaires pour rétablir l'ordre constitutionnel », y compris le recours à la force. Les chefs de la défense de la CEDEAO se sont réunis au Nigeria cette semaine pour organiser une réponse collective au coup d'État et planifier une éventuelle réponse militaire, qui, selon eux, est un dernier recours.


La France soutient la candidature régionale pour évincer les putschistes au Niger avant la date limite

"Tous les éléments qui entreraient dans une éventuelle intervention ont été élaborés ici et [sont] en cours d'affinement, y compris le calendrier, y compris les ressources nécessaires, et y compris comment, où et quand nous allons déployer une telle force", a déclaré Abdel-Fatau Musah, commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la CEDEAO. « Nous sommes déterminés à l'arrêter, mais la CEDEAO ne dira pas aux putschistes quand et où nous allons frapper. C'est une décision opérationnelle qui serait prise par les chefs d'État qui vont être comme les commandants en chef de cette opération. Une délégation du bloc s'est rendue à Niamey, la capitale du Niger, pour rencontrer jeudi les putschistes. Quelques heures plus tard, la junte a averti à la télévision d'État que toute intervention militaire se heurterait à "une réponse immédiate et inopinée des forces de défense et de sécurité du Niger".


La France est l'ancienne puissance coloniale du Niger et son intervention ne sera pas bien accueillie partout au Niger, où les manifestants pro-coup d'État ont exprimé un sentiment anti-français. Les voisins démocratiques du Niger et ses partenaires occidentaux avant le putsch, dont la France et les États-Unis, ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le retour du pays à un régime militaire pourrait avoir des conséquences plus larges pour les démocraties fragiles de la région et dans la lutte contre les insurrections islamistes dans tout le Sahel. Écrivant dans le Washington Post « en otage », Bazoum a déclaré que le Niger était « attaqué par une junte militaire qui tente de renverser notre démocratie ». "Dans la région troublée du Sahel en Afrique, le Niger est le dernier bastion du respect des droits de l'homme au milieu des mouvements autoritaires qui ont dépassé certains de nos voisins", a-t-il écrit. « Bien que cette tentative de coup d'État soit une tragédie pour les Nigériens, son succès aurait des conséquences dévastatrices bien au-delà de nos frontières.



Les commentaires






Actualités récentes