Alors que le délai critique pour le coup d'État militaire au Niger expire, l'espace aérien du pays se ferme en raison d'une "menace d'intervention"

L'espace aérien du Niger a été fermé dimanche, le jour imposé comme date limite par un groupe de pays africains aux putschistes militaires nigériens pour libérer le pouvoir et réintégrer le président démocratiquement élu du pays. À l'expiration de ce délai, l'espace aérien du Niger a été fermé en raison de «la menace d'intervention des pays voisins», selon une déclaration vidéo du chef du coup d'État nigérien, le colonel major Amadou Abdramane. La déclaration a été diffusée à la télévision d'État dimanche. Le coup d'État militaire au Niger a été lancé fin juillet . Le président Mohamed Bazoum a été saisi par des membres de la garde présidentielle, les institutions nationales ont été fermées et des manifestants des deux côtés sont finalement descendus dans la rue, dont des milliers qui soutiennent le coup d'État militaire. Mais en dehors du Niger, les actions des putschistes ont été rapidement condamnées par les États-Unis et certains pays occidentaux, ainsi qu'un groupe de pays d'Afrique de l'Ouest, qui ont menacé de recourir à la force.


Alors que le délai critique pour le coup d'État militaire au Niger expire, l'espace aérien du pays se ferme en raison d'une "menace d'intervention"

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), un bloc régional, a averti que si la junte militaire ne se retirait pas, elle pourrait faire face à une éventuelle intervention militaire et a donné aux putschistes jusqu'à dimanche pour céder le pouvoir . Si la junte reste au pouvoir, le groupe a déclaré qu'il « prendrait toutes les mesures nécessaires pour rétablir l'ordre constitutionnel », y compris le recours à la force. Le bloc est également allé plus loin, imposant une interdiction de voyager et un gel des avoirs aux responsables militaires impliqués dans la tentative de coup d'État, ainsi qu'aux membres de leur famille et aux civils qui acceptent de participer à toute institution ou gouvernement établi par les responsables.


La France et l'Union européenne ont également interrompu l'aide financière au Niger à la suite du coup d'État. Dimanche après-midi, des milliers de personnes se sont rassemblées à Niamey, la capitale du Niger, pour montrer leur soutien à la junte et exprimer leur opposition aux sanctions imposées par la CEDEAO. Et la junte a également averti à la télévision d'État que toute intervention militaire se heurterait à "une réponse immédiate et inopinée des forces de défense et de sécurité du Niger". Avant la date limite de dimanche, les dirigeants de la CEDEAO se sont réunis au Nigeria la semaine dernière pour organiser une réponse collective au coup d'État et planifier une éventuelle réponse militaire, qui, selon le groupe, est un dernier recours. "Tous les éléments qui entreraient dans une éventuelle intervention ont été élaborés ici et [sont] en cours d'affinement, y compris le calendrier, y compris les ressources nécessaires, et y compris comment, où et quand nous allons déployer une telle force", a déclaré Abdel-Fatau Musah, commissaire de la CEDEAO chargé des affaires politiques, de la paix et de la sécurité.



Les commentaires






Actualités récentes